Ceux qui se chauffent à l’électricité sont pincés, c’est le « combustible » le plus cher de tous. Mais même les propriétaires d’une pompe à chaleur ou d’un chauffage à accumulation nocturne peuvent économiser de l’argent sans avoir à démonter le système de chauffage. Il existe des tarifs d’électricité de chauffage nettement moins chers que l’électricité domestique : en moyenne, vous payez 21 à 22 cents par kilowattheure au lieu de 30 cents.

Même si vous utilisez déjà de l’électricité de chauffage, changer de fournisseur peut s’avérer payant : si votre consommation est élevée, vous pouvez économiser jusqu’à 2 000 euros par an. Et voici comment cela fonctionne :

Faire installer un deuxième compteur électrique

Avant de pouvoir souscrire un tarif pour l’électricité de chauffage, vous devez disposer de votre propre compteur électrique pour votre chauffage. Votre gestionnaire de réseau l’installe et vous facture une redevance annuelle. Les prix ne sont pas uniformes. Les coûts typiques sont de 15 à 25 euros par an, plus environ 70 euros pour l’installation. Vous récupérerez facilement ces coûts grâce à un tarif d’électricité plus avantageux.

Trouver un tarif favorable pour l’électricité de chauffage

Les fournisseurs d’électricité pour le chauffage sont actifs dans toute l’Allemagne, et le moyen le plus simple de connaître les prix est de passer par des portails de comparaison. On recommande Check24 et Verivox. C’est une question de deux minutes : saisissez votre code postal et le type de compteur électrique connecté à votre pompe à chaleur ou à votre chauffage à accumulation nocturne. Et la consommation électrique de l’appareil est élevée.

On vous recommande d’afficher uniquement les offres sans versement de bonus. Pour ce faire, modifiez les paramètres du calculateur de comparaison. La raison : les offres sans bonus sont généralement moins chères à long terme que les tarifs avec bonus. Vous pouvez initier le changement directement via le portail.

Si la municipalité perçoit des taxes élevées

Il est généralement facile de changer de fournisseur d’électricité. Toutefois, dans le cas des contrats d’électricité de chauffage, il peut arriver que le fournisseur nouvellement choisi ne soit pas en mesure de maintenir son prix. C’est le cas lorsque votre ville ou votre commune perçoit une redevance plus élevée pour le passage des lignes électriques sur son territoire. Cela concerne environ un client de l’électricité de chauffage sur dix.

Soignez l’isolation de votre domicile

Une des premières mesures à prendre consiste à assurer une bonne isolation thermique pour votre logement (combles, murs extérieurs, plancher). Il s’agit d’empêcher la chaleur de s’échapper à l’extérieur afin de réduire votre consommation d’énergie et donc diminuer votre facture. Pour ce faire, adoptez ces petits gestes malins :

Fermez vos volets et couvrez vos fenêtres la nuit. Cette précaution toute simple empêchera la chaleur de se dissiper.

Comblez les trous et fissures. Pour vérifier que votre logement ne possède ni trous ni fissures par lesquels la chaleur s’échapperait, vous pouvez passer un bâton d’encens ou une bougie le long des jointures des fenêtres et des portes. Si de l’air entre par ces emplacements, la fumée ou la flamme sera repoussée. Vous pourrez alors combler ces espaces en équipant les seuils de porte d’un coupe-bise ou d’un bourrelet. Vous pouvez également opter pour des rideaux plus épais.

Posez des doubles vitrages ou calfeutrez. Solution courante pour réduire votre facture de chauffage, le double vitrage vous permettra de minimiser la déperdition de chaleur inévitablement associée aux fenêtres. Si vous n’êtes pas prêt à investir dans cette installation, pensez à fixer une feuille plastique d’une épaisseur de 3 mm avec de l’adhésif double face aux emplacements problématiques, cela fera toujours une petite économie ! Calfeutrer vos portes et fenêtres à l’aide de joints en PVC ou en silicone vous permettra également de diminuer les déperditions d’énergie à peu de frais.

Isolez vos tuyaux de chauffage. S’il est crucial d’isoler les ouvertures afin d’éviter les pertes d’énergie, il est également nécessaire d’isoler les tuyaux de chauffage qui relient vos radiateurs à votre chaudière lorsque ceux-ci passent à des endroits non chauffés. Pour ce faire, gainez ces tuyaux avec des isolants thermiques. Vous pouvez recourir à des manchons souples en mousse ou en fibres minérales, ou encore, pour un respect maximal de l’environnement, à des isolants à base de laine de mouton ou de chanvre. Veillez à comparer la capacité d’isolation thermique des différents matériaux avant de faire votre choix.

Isolez les soupentes inutilisées. Le toit peut représenter jusqu’à 30 % des déperditions de chaleur d’une habitation à lui tout seul ! Pour éviter de telles pertes, déroulez de la laine de verre ou de roche sur le plancher de vos combles.

Changer de chaudière ou remplacer d’anciens convecteurs fait baisser la note de chauffage

Depuis plusieurs années, les fabricants de chaudières et de radiateurs misent tout sur l’efficacité énergétique. Les équipements sont devenus ultra-performants. Si votre chaudière à plus de 15 ans, posez-vous la question de son remplacement. Passer à la condensation, par exemple, fait réalisé entre 15 et 20 % d’économie de consommation énergétique. Les aides publiques sont là pour faciliter l’investissement. 

Du côté des radiateurs électriques, là aussi, l’évolution technique a été considérable. N’hésitez pas à remplacer vos anciens grille-pains par des radiateurs à inertie. Ils sont équipés d’un « cœur de chauffe » (céramique, fonte, liquide caloporteur) qui accumule la chaleur et la restitue. Avec de tels radiateurs, équipés de programmateurs, l’économie peut atteindre jusqu’à 45% du montant de la facture d’électricité. Vous constaterez aussi un changement radical en termes de confort, la chaleur est douce, homogène et stable. 

L’entretien du circuit de chauffage est source d’économies

Vous avez une maison bien isolée et vos équipements sont relativement récents. Ne faites pas l’impasse sur l’entretien régulier du circuit de chauffage, c’est une source non négligeable d’économies. Chaque année, faites réaliser la visite d’entretien de la chaudière pour la dépoussiérer et vérifier l’état d’usure des pièces. 

Tous les 5 ans, hors période de chauffe, demandez à votre professionnel de désembouer le plancher chauffant ou de rincer les radiateurs à eau. La boue fait office d’isolant et dégrade la performance des systèmes. Elle est aussi la cause d’inconfort thermique car elle réduit le débit d’eau.

Vous pouvez, vous-même, adopter de bons réflexes lors de la mise en chauffe : dépoussiérez vos radiateurs, vérifiez qu’ils chauffent de façon homogène (sans zone froide) et qu’ils ne fuient pas. Si vous constatez une zone froide, purgez vos radiateurs pour évacuer l’air du circuit. C’est une manipulation simple mais prenez des précautions car l’eau est très chaude. Le radiateur est correctement purgé quand le filet d’eau qui s’écoule est régulier. Pensez ensuite à remettre de l’eau dans le circuit au niveau de la chaudière.

Pas d’économie de chauffage sans thermostat

Le grand pourvoyeur d’économies, c’est le thermostat. Au lieu de chauffer en continu, toute la journée, vous allez adapter le chauffage à vos besoins, grâce à la régulation. L’ADEME estime qu’un bon pilotage fait gagner environ 10 % sur la facture d’énergie.

Commencez par installer un thermostat d’ambiance. Placez-le dans la pièce de vie et programmez des scénarios en fonction de vos besoins : jour, nuit, week-end. Certains thermostats sont pilotables à distance via smartphone ou tablette et vous fournissent des tableaux de bord précis de vos consommations. Très intéressant si on veut être acteur de sa consommation énergétique. Pour un thermostat performant, comptez entre 200 et 300 euros TTC hors installation, ce type de matériel est éligible à la prime énergie et bénéficie de la TVA à 5,5%.

Ensuite, pour un pilotage pièce par pièce, installez des têtes thermostatiques sur vos radiateurs. Enfin, la sonde extérieure est également une bonne option si vous êtes en maison individuelle. Par exemple, elle permet d’ajuster la température de l’eau chaude en fonction de la température extérieure. En plein cœur de l’été, on n’a pas forcément besoin, ni envie, d’un eau brûlant.

Les bons réflexes pour ne pas payer trop de chauffage

Des gestes simples mais efficaces vont vous aider à ne pas trop consommer d’énergie. Vérifiez que les joints des fenêtres sont en bon état, sinon remplacez-les. L’hiver, fermez les volets dès la tombée du jour. Fermez les radiateurs quand vous aérez la maison. Vérifiez que l’air froid ne passe pas sous la porte palière, sinon installez un bas de porte ou un joint-balai. Mettez la maison en tenue d’hiver avec des tapis et des rideaux épais. Enfin, dégagez bien les radiateurs pour que la chaleur se diffuse dans la pièce.

Ne surchauffez pas. Les recommandations de l’ADEME sont de 19°C dans les pièces à vivre et de 16°C dans les chambres. 1°C de plus, c’est 7% de consommation d’énergie supplémentaire. Si toutefois vous ressentez le froid à ces niveaux de température, c’est peut-être que la maison est humide. Or l’humidité accentue la sensation de froid. Évitez de faire sécher le linge dans la pièce à vivre et, si besoin, équipez-vous d’absorbeurs d’humidité, ils sont très efficaces. Un conseil si vous vous absentez : si votre absence est de moins de 48 h, baissez la température à 16°C, si vous partez plus de 48 h, passez en mode hors gel.

 Des conseils pour réduire votre facture d’électricité en fonction des pièces de la maison

Réduire sa consommation d’électricité dans le salon

Privilégier les couleurs claires sur les murs et plafonds, aménager votre espace de travail et vos fauteuils de lecture au plus près des fenêtres pour profiter au maximum de l’éclairage gratuit du soleil.

Téléviseur, chaîne hi-fi et ordinateur sont loin d’être les plus gourmands en électricité. Mais gare à la consommation inutile des veilles de ces appareils ! Elles peuvent représenter une consommation annuelle équivalente à un réfrigérateur sur la même période ! Pour ne pas gonfler inutilement votre facture d’énergie, débranchez ces appareils la nuit venue en les regroupant sur une même multiprise avec un interrupteur par exemple et éteignez écran, ordinateur, TV lorsque vous ne les utilisez pas.

Concernant le chauffage électrique, préférez l’utilisation de l’interrupteur au thermostat, arrêtez tout lorsque vous aérez et surtout faites des économies en diminuant de deux ou trois degrés la température générale.

Réduire sa consommation d’électricité dans la cuisine

Principe de base : installer le chaud loin du froid !

Placez donc votre réfrigérateur assez loin des appareils de cuisson et il consommera moins d’énergie. Ménagez-le en dégivrant et nettoyant régulièrement la grille arrière (3 mm de givre, c’est 30 % de consommation électrique en plus). Évitez une température trop basse. Évitez aussi d’introduire des aliments encore chauds dedans et ne les entassez pas. De même pour votre congélateur : il vaut mieux le placer dans un local non chauffé comme une cave ou un garage.

Si vous utilisez des plaques électriques, couvrez vos casseroles lors de la cuisson et prenez des casseroles plus larges que vos plaques : cela évite la perte de chaleur. Sur les plaques électriques traditionnelles, éteignez en fin de cuisson : la plaque reste assez chaude pendant un certain temps et vous économisez de l’énergie.

Pour votre four électrique, n’ouvrez pas sa porte pendant le préchauffage. Si vous le nettoyez par pyrolyse, faites-le juste après la cuisson : le four sera encore chaud et mettra moins de temps à chauffer d’où le gain d’énergie.

Enfin, si vous changez votre équipement, préférez les appareils sobres et peu gourmands en énergie. Pour cela, référez-vous à l’étiquette énergie présente dorénavant sur tous les appareils électroménagers mis en vente.

Réduire sa consommation d’électricité dans la salle de bain

Limitez votre consommation d’eau en préférant la douche au bain (3 fois moins d’eau utilisée), vous limiterez également votre consommation d’électricité.

Côté lessive, pour économiser sur sa machine à laver il existe généralement des cycles « éco » ou « demi-charge » qui permettent d’économiser de l’électricité et de l’eau à chaque lavage lorsque la machine n’est pas pleine : de plus laver son linge à 30°C consomme moitié moins que laver son linge à 60°C. Pensez également à nettoyer régulièrement le filtre.

Pensez à bien régler votre ballon d’eau chaude.

Réduire sa consommation d’électricité dans la chambre

Pas besoin d’une température trop élevée lorsqu’on est bien au chaud dans sa couette ! Un seul petit degré de moins dans la chambre et vous économisez jusqu’à 7 % d’énergie.

Conseils sur l’éclairage général

Quelques astuces pour une meilleure gestion de l’éclairage :

  • Pensez à éteindre les lampes dans les pièces inoccupées ;
  • Utilisez des lampes basse consommation pour les points lumineux qui ont les plus grandes durées d’utilisation ;
  • Équipez des systèmes de va-et-vient bien placés ou des détecteurs de présence dans les couloirs et escaliers ;
  • Adaptez la puissance des lampes en fonction des pièces et des besoins ;
  • Pensez à enlever la poussière sur les ampoules de temps en temps, ça augmente leur efficacité lumineuse ;
  • Choisissez des couleurs claires pour vos murs et plafonds, la lumière se réfléchira mieux.