Les différents types de combustibles

Très tendance, le chauffage au bois a aujourd’hui le vent en poupe, notamment du fait qu’il permet aux foyers de se chauffer de manière responsable et économique. En tant que combustible, le bois peut être employé sous différentes formes dont chacune dispose des caractéristiques qui lui sont propres : pellets ou granulés de bois, plaquettes forestières, bûches…

Les pellets ou granulés de bois

Un pellet ou granulé de bois s’agit d’un Combustible de chauffage renouvelable compacté à partir de sciures de bois appelés PCS (produits connexes de scierie) dont le diamètre oscille généralement entre 6 et 9 mm et la longueur moyenne entre 1 et 5 cm. En raison de son faible taux d’humidité (autour de 10 %) ainsi que de sa forte densité, ce combustible présente un excellent pouvoir calorifique pouvant grimper jusqu’à 4 700 kWh/tonne. Ainsi, ses cellules peuvent s’agglomérer plus facilement entre elles pour ainsi fluidifier l’approvisionnement. Qui plus est, près de 90 % de son contenu énergétique sont restitués sous forme de chaleur. Il s’avère alors être un combustible optimal pour les dispositifs de chauffage entièrement automatisé. À cela, s’ajoute le fait qu’un pellet de bois peut garantir une durée de braise et de combustion de significative et ne laisse que très peu de débris de centres une fois consumé. Les cendres restantes peuvent ensuite être récupérées pour être incorporées au compost dédié aux agriculteurs. Il convient par ailleurs de souligner que l’absence de colle chimique en fait un biocombustible propre et écologique puisque seule la pression mécanique suffit au compactage du granulé. Pour de plus amples détails sur les Combustibles de chauffage rendez-vous à cette adresse www.poele-cheminee.eu.

Les plaquettes forestières

Les plaquettes forestières constituent un Combustible chauffage constitué à partir du broyage de rémanents d’une exploitation forestière, ou également de bois de faible diamètre (arbres entiers, branches, billons…). Ce combustible se caractérise d’une par sa teneur en eau, sa granulométrie et son pouvoir calorifique et d’autre part, par son taux de cendres, son taux de poussière et la présence de corps étrange ou moisissures. Son contenu énergétique varie généralement de 2 200 à 2 8000 kWh/tonne pour une teneur en eau oscillant entre 40 et 50 %. Lorsqu’il est bien séché, soit un taux d’humidité comprise entre 20 et 30 %, son contenu énergétique peut s’élever jusqu’à 3 9000 kWh/tonne. Dans tous les cas, son pouvoir calorifique est nettement inférieur à celui du granulé de bois. D’autre part, les plaquettes forestières disposent aussi d’une taille variable. Celles qui sont très fines avec une dimension de moins de 3 cm se destinent particulièrement aux dispositifs de chauffage domestique automatisé. A contrario, les grosses plaquettes sont prévues pour les grosses installations professionnelles et industrielles. Quant au taux de poussière, celui-ci est ne dépasse les pas 5 % du poids total du bois.

Les bûches

Les bûches sont de plus en plus connues et ont l’avantage d’être le Combustible poêle le plus économique du marché. Ils constituent en effet la forme la plus brute de l’exploitation de bois énergie. On en distingue aujourd’hui deux grandes catégories à savoir les feuillus tendres et résineux et ceux qui sont durs. Ces derniers sont à privilégier pour le chauffage, essentiellement le chêne. On doit juste s’assurer que sa teneur en eau n’excède pas les 20 % quitte à créer un blocage de l’équipement d’approvisionnement et à se chauffer avec du combustible cheminée ne disposant que d’un très faible pouvoir calorifique.